#LaPireExcuse : et toi, tu diras quoi à tes enfants quand il sera trop tard ?

Recenser toutes les excuses bonnes pour ne pas agir, c’est la technique du site Sorry Children pour inciter tout le monde à s’engager pour l’environnement. Tout le monde s’y met, même les stars.


« C’est pas ma faute ! » ; 
« L’avion c’était quand même plus rapide que le train » ; « 25° en mars, c’était quand même agréable ». Voici ce que l’on peut lire sur Sorry Children, générateur d'excuses à donner à nos enfants si on leur laisse une planète ravagée. Néanmoins, le site qui veut sensibiliser à la question environnementale liste des centaines d'actions à enclencher de suite.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sorry Children (@sorry_children) le

Le concept est de photographier des personnalités tenant une affiche avec une excuse qu’elles auraient sortie à leurs enfants pour ne pas avoir agi plus tôt, en s’engageant ainsi à changer leurs habitudes. Lancé en mars dernier seulement, Sorry Children a depuis pris de l’ampleur. Le concept s’est décliné et tout le monde peut prendre les mêmes engagements. Avec le hashtag #LaPireExcuse, chacun peut donner la pire excuse à donner à ses enfants quand ils demanderont « Et toi, papa/maman, t’as fait quoi pour changer les choses ? ». On donne ensuite #LaMeilleureAction à adopter pour ne pas avoir à donner cette excuse, et on s’engage à la tenir.

Sur le site, toutes les pires excuses et les meilleures actions sont recensées. Des visages de personnalités côtoient les phrases envoyées par des inconnus et, en cliquant sur chacune des fausses excuses, on découvre l’action qui l’accompagne. Ainsi, à l’excuse « Avoir l’air cool au volant de mon 4x4 était ma priorité », publiée par un certain Ju, on découvre son action : « Pédaler ! ».

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sorry Children (@sorry_children) le

Côté personnalités, les deux fondateurs de l’association de protection animale L214, Brigitte Gothière et Sebastien Arsac, affichent leur bonne excuse : « Je ne réalisais pas ce que les animaux enduraient pour finir dans mon assiette. C’était pourtant évident ». Que font-ils pour agir ? « Nous dévoilons la vie et la mise à mort des animaux qui finissent dans nos assiettes. » Quant au journaliste Hugo Clément, « On se disait : c’est quand même pas mon petit diesel à moi qui change la face du monde ». Son action ? « J’ai arrêté de manger les animaux ».

Mais le site va plus loin. Pour inciter à agir, et pour montrer qu'il est simple de changer ses habitudes, il recense tout un tas de gestes à adopter pour sauver l'environnement, et pourquoi. Tous les problèmes sont abordés et expliqués en détail. De l'impact de l'alimentation à celui de la technologie, de la mode ou des transports individuels, jusqu'à l'avantage des médecines alternatives ou des monnaies locales. Et si finalement, c’était comme ça qu’on allait changer les choses, en agissant tous à notre niveau ?

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Hugo Clément (@hugoclementk) le

Toutes les pires excuses