On a rencontré les parisiens à l'initiative du premier food bike de toasts à l’avocat

Depuis quelques semaines, un triporteur itinérant se promène dans les rues de Paris. Sa particularité est de proposer une carte exclusivement composée d’avocado toast, ces petites merveilles qu’on aime tant. On a goûté et ça s’est avéré être sacrément bon. Mais nom d’une pipe, qui sont ces gens ?

Salut les garçons, vous êtes qui au juste ?

On s’appelle Sacha et François, on a tous les deux 27 ans et on se connaît depuis le lycée. On est des parisiens pure souche et on a tous les deux bossé pour d’autres boites avant d’en avoir marre. Sacha lui il fait de la musique aussi à côté. C’est marrant parce que quand on s’est rencontré on n’était pas trop amis, en plus l’un était en L et l’autre en ES alors c’était un peu la guerre, et il a fallu qu’on se perde de vue après le lycée pour mieux se retrouver ensuite. Depuis ça va on est copains. Et on s’était toujours dit qu’on bosserait ensemble un jour, on attendait juste que l’occasion se présente.

Comment vous est venue l'idée ?

C’est grâce à un voyage à Los Angeles. En fait là-bas c’est fou, tu peux te promener n’importe où et déguster un toast à l’avocat incroyable à chaque coin de rue. Ils sont trop forts ! On connaissait les toasts à l’avocat avant, bien sûr, mais là ça a été une vraie révélation.

Quand on est rentrés en France on a cherché à retrouver le bon goût des toasts à l’avocat qu’on avait goûté aux US, mais ça a été une sacré douche froide. Tous ceux qu’on goûtait n’étaient pas très généreux sur la dose d’avocat et carrément trop chers, on était dégoutés ! Dans les coffee shop les toasts à l’avocat sont vendus au moins 12€, et tu n’as quasiment pas d’avocat dessus. Comme on n’était pas très chauds pour craquer notre PEL à chaque fois qu’on avait cette envie dévorante de notre nouveau péché mignon, on s’est dit un truc : si tu ne peux pas aller à l’avocat, fais venir l’avocat à toi. Ni une, ni deux, on a dégoté un triporteur. C’est un vélo à trois roues, comme un food truck sauf que ça s’appelle un food bike, c’est logique... On a installé un moteur électrique et s’est dit qu’on allait venir en aide à tous les parisiens aussi désespérés que nous. Pour le nom on est assez fiers, on l’a appelé l’Avocatier.

Pourquoi pas un vrai food truck alors ?

C’est simple, il y a déjà énormément de food trucks, et on voulait quelque chose de plus écologique et respectueux de l’environnement. C'est un sujet qui nous tient à coeur. Le triporteur s’est imposé comme une évidence car il nous permet de réduire notre empreinte carbone, c’était important pour nous d’avoir ce rapprochement avec le client, cette proximité, et ça nous permet de nous déplacer facilement pour des évènements. Notre but c’est de proposer quelque chose de gourmand mais aussi bon pour l’environnement…

Parlons-en de la gourmandise ! Quelle est votre recette d’un avocado toast réussi ?

On en a inventé plusieurs pour varier les goûts. L’important c’est de choisir des ingrédients de qualité comme pain Poilane grillé, et surtout de le servir comme on aime le manger : avec beaucoup beaucoup d’avocat dessus. Une orgie d’avocat quoi ! Après on propose une recette avec du paprika, du sésame, du pavot, du citron, des chili flakes et du tabasco, une autre avec de l’umeboshi (un vinaigre de prune japonais salé, ndlr), des baies de goji, du poivre… La plus populaire, c’est celle qui contient de l’huile d’olive à la truffe, de la crème de balsamique, du sésame, du pavot, du sel, du poivre et du citron. Celle-ci même nous on a du mal à y résister quand on la prépare.

Au Bonbon, on est plutôt branché écolos nous aussi. Mais l’avocat est responsable de désastres écologiques notamment au Mexique…

C’est vrai que l’avocat n’est pas forcément synonyme d’écologie, mais sur ce sujet on fait très attention. On se fournit avec des avocats d’Espagne « fair trade ». On a fait le choix de ne pas les acheter bio pour deux raisons. Tout d’abord un avocat bio ne sert à rien puisque sa carapace protège naturellement des pesticides. Ensuite, les avocats bio viennent de loin et on préfère se fournir du pays le plus proche possible. On ne tombe pas dans le piège du bio juste pour faire du bio, ici l’avocat ne vaut pas le coup car il est plus cher, plus petit, et pas forcément aussi bon, on a fait le test. Par contre les autres produits qu’on utilise sont bio. Notre but était de réunir le quantitatif et le qualitatif à un prix abordable, et on pense avoir réussi car nos toasts sont proposés à partir de 5€.

A quand un restaurant de toasts à l’avocat ?

Le rêve ! Pour l’instant on est sur un petit nuage à bord de notre triporteur, mais on a l’intention de les multiplier et de conquérir la capitale. Ensuite notre projet sera d’ouvrir un coffee shop, un vrai lieu avec quatre murs et un toit… Et surtout de continuer à bien manger.

L'Avocatier

Tous les midis chez Empreintes -  Rue de Picardie, 75003 Paris et en vadrouille dans la capitale

Pour les trouver : @lavocatier / lavocatier.net