Nurofen, Efferalgan ou Doliprane ne seront bientôt plus vendus en libre-service

© i viewfinder - shutterstock

Advil, Nurofen, Efferalgan et d’autres médicaments pourraient bientôt ne plus être disponibles en libre-service. C’est en tout cas le vœu de l’Agence Nationale du Médicament, qui souhaite limiter les mauvais usages et les surdosages.


Que c’est pratique, en cas de bobo ou de douleur, d’aller à la pharmacie, prendre une boîte de Doliprane, la payer au comptoir et repartir avec. Attention, se procurer ces boîtes de médicaments ne sera bientôt plus aussi facile. En effet, l’ANSM a lancé une procédure auprès des laboratoires concernés, afin que ces médicaments ne soient plus vendus en libre-service dans les pharmacies.

Cette procédure concerne les antalgiques qui contiennent du paracétamol, comme le Doliprane et l’Efferalgan ou de l’ibuprofène comme le Nurofen ou l’Advil, ainsi que l’aspirine. Jusqu’à aujourd’hui, ces médicaments étaient vendus en accès direct, en se servant soi-même sur les étagères de la pharmacie. L’ANSM souhaite que ces anti-douleur soient désormais placés derrière les comptoirs des pharmacies.

Cependant, toujours pas d’obligation d’ordonnance pour se les procurer. L’ANSM préconise un renforcement des conseils donnés par les pharmaciens avant de vendre ces antalgiques aux patients. Le Dr. Philippe Vella, directeur des médicaments antalgiques à l’ANSM, a expliqué à Capital.fr que « ce sont des médicaments très utilisés, c’est bien que les patients puissent y avoir accès, mais il faut faire le maximum pour qu’ils soient utilisés correctement. »

En effet, un mauvais usage peut comporter des risques, voire être dangereux. Par exemple, consommer du paracétamol en trop grande quantité peut provoquer de graves lésions du foie. Le surdosage de toutes les substances qui attisent l’intérêt de l’ANSM peut être très dangereux. Ainsi, en plaçant les boîtes de paracétamol, ibuprofène et aspirine derrière les pharmaciens, l’ANSM espère éviter une consommation inappropriée de ces molécules par les patients.

La mesure pourrait entrer en vigueur dès 2020.

Fin des articles

Paramètres des cookies