9 astuces pour se désintoxiquer de son smartphone

Ca fait longtemps que vous n'avez pas vu votre moitié et vous ne vous souvenez même plus la tête de votre coloc? C'est le moment d'opérer une digital détox en suivant ces 9 conseils pour vous séparer de votre portable. 

On évalue sa consommation de digital

Combien de temps par jour passez-vous à trainer sur Facebook, que ce soit pour vous informer ou pour stalker ? A regarder des vidéos ? Faites le compte des heures que vous passez en ligne (en dehors du travail, des cours ou des tâches administratives à accomplir sur internet...) pour réduire ensuite le temps passé en ligne, qu'on a tendance à sous-estimer. Votre corps vous remerciera. 

On identifie l'habitude qui nous rend accro

Car les addictologues le disent : les "likes" et les posts que vous publiez sont comme des shoots de dopamine boostant votre égo. Au final, le problème, ce n'est pas le smartphone mais bien l'usage qu'on en fait.

Pour certains, c'est un jeu en ligne, pour d'autres, un réseau social sur lequel on passe tout son temps, pour d'autres les infos en continu : il s'agit d'identifier cette habitude pour pouvoir mieux la réguler, voire carrément la bouder pendant une semaine. Cap ?

On déconnecte par moments

Au restau, à table en général, au café, en vacances, en vous couchant le soir et dans tous les moments où il n'est pas indispensable (et il y en a beaucoup plus que l'on croit).

Non, vous n'avez pas systématiquement besoin de prendre votre salade en photo, ni de checker vos mails pendant que votre meilleur pote vous raconte sa soirée d'hier.

On lève le pied sur les notifications

Le burn-out numérique, vous connaissez ? Les notifications à répétition vous causent plus de stress qu'autre chose. Sachant qu'en moyenne, nous consultons au minimum 221 fois notre portable dans la journée, sont-elles toutes vraiment indispensables ? 

On renoue avec une activité physique, manuelle ou créative

D'ailleurs, le sociologue Rémy Oudghiri explique que se désintoxiquer du smartphone rend plus créatif : «Les études sont de plus en plus nombreuses à montrer que ceux qui prennent le temps de se déconnecter sont plus créatifs ou plus efficaces que ceux qui restent connectés en permanence. C'est une question de concentration et de disponibilité». On s'y met ?

On met de la distance avec (et au sein de) nos réseaux sociaux

Sur Facebook, combien avez-vous d' "amis" qui sont en fait des rencontres d'un soir ou d'il y a 5 ans, à qui vous ne faites même plus attention quand vous scrollez ? Et c'est pareil sur Instagram, lorsqu'on passe du profil d'un influenceur à un autre (et que l'on ferme la page avec davantage de complexes que d'inspiration), un petit tri ne serait pas de trop. 

Viêt Nam IV #smartphoneaddiction #selfiestick

Une publication partagée par Pablo Voisard (@pablovoisard) le

On lève les yeux

C'est évident, mais pourtant pas fréquent. Regardez autour de vous : dans le métro, en marchant, en terrasse, tout le monde ou presque interagit avec un téléphone intelligent. Tellement intelligent, qu'on en deviendrait idiots ? Le journaliste Guy Birenbaum aborde cette forme de servitude volontaire dans son Petit manuel pour dresser son smartphone (2017).

On a tendance à l'oublier, mais lever les yeux permet de voir les petites beautés du quotidien, de sourire à un(e) inconnu(e), ou simplement de laisser son esprit vagabonder plutôt que d'être toujours concentré sur une appli ou un jeu. 

 

Le week-end, on expérimente un après-midi sans téléphone

Depuis combien de temps ne vous êtes-vous pas séparé de votre téléphone, même pendant une heure ? Sortez prendre l'air et guérissez-vous (enfin) du FOMO. 

On télécharge des applications pour nous aider à faire un break 

Cela peut paraître contradictoire, mais pour les plus accros d'entre nous, FLIPD bloque le smartphone pendant une période déterminée (mais vous laisse les appels d'urgence et les sms), Focus Lock nous empêche d'accéder aux réseaux sociaux quand Offtime barre la route aux communications inutiles.